Siberia 56 (2014 – 2016)


Siberia 56 est une série de BDs en trois tomes de type Planet Opera horrifique. Le premier tome, « La 13e mission » est sorti en Janvier 2014, le deuxième « Morbius » en Octobre 2014 et enfin le dernier et final « Pyramide » en Janvier 2016.

Nous devons cette série à Christophe Bec (au scénario) et Alexis Sentenac (au dessin).

Nous avions déjà chroniqué une autre série de BDs de Christophe Bec, « Olympus Mons » (notre chronique se trouve ici).

« Siberia… la 56e planète de pré-colonisation terrienne. Une planète entièrement recouverte de neige et de montagnes escarpées. Les pôles y atteignent des températures de – 200°C avec des vents glacials de 300 km/h.

C’est dans ce véritable enfer que 5 scientifiques doivent rejoindre leur camp de base après un voyage de 80 millions d’années lumières à travers l’espace. Mais, alors qu’ils descendent sur la planète, leur navette se retrouve malmenée par les vents violents et se crashe aussitôt !

Les survivants vont devoir parcourir les 250 kilomètres qui les séparent de la base… à pied. Autant dire qu’entre le froid mordant, les tempêtes et les redoutables prédateurs qui rôdent, leurs chances de survie sont proches du zéro absolu… »

Quatrième de couverture du premier tome.

Premier tome assez classique, au scénario linéaire, mais qui nous permet une première approche avec Siberia, une planète comme expliquée plus haut au climat dantesque mais qui est surtout habitée par quinze traces de vie différentes dont six prédatrices.

Les dessins de Alexis Sentenac sont magnifiques et nous permettent de nous immerger totalement dans cette traversée. Siberia semble être un mixe de Hoth et LV-426.

La profondeur de la série prend son envol à partir du tome 2, Morbius (pas celui avec Jared « Jordan Catalo » Leto, l’autre, celui de Planète Interdite). D’ailleurs, ce deuxième tome deux rend officiellement hommage aux différentes sources d’inspiration d’Alexis Sentenac dont, Koh Lanta (voir page 12), et l’on respecte totalement ça.

L’hommage est bien sûr bien plus appuyé à la grande mythologie de Lovecraft and Co mais vous le découvrirez bien par vous-même si vous lisez cette série.

Poutine Hurlante recommande-t-il la lecture ?

Oui ! Autant Olympus Mons m’avait finalement lassé, autant le rythme de Siberia 56 maintient le lecteur dans le suspens durant les trois tomes. Siberia 56 est vraiment mortel, à tel point qu’il serait possible de rendre jaloux George R. R. Martin. Les dessins dynamiques de Alexis Sentenac sont vraiment incroyables et donnent vie à cette magnifique horrible planète (les aurores boréales qui semblent embraser la planète entière m’ont immédiatement convaincu).

Deux choses par contre : le terme « asibériage », terme utilisé on s’en doute lors de la phase d’atterrissage, m’a totalement arraché les yeux (c’est lol, mais non). Imaginez le truc sinon, le bordel cosmique. La règle est simple, atterrissage ou alunissage, that’s it that’s all.

Et pour finir, la fin de la série, qui tient sur la dernière page du tome 3 « Pyramide », qui tombe comme un couperet. Ça a le mérite de clôturer le tout et de proposer une histoire clé en main, ce que je respecte totalement. Peut-être que j’en aurai voulu encore plus ? (en fait, c’est absolument ça).

Siberia 56 est éditée aux Éditions Glénat.

Vous pouvez trouver « Siberia 56 » à Québec, entre autres, ici et ici !


Scénariste : Christophe Bec
Dessinateur : Alexis Sentenac
Collection : 24X32 (Glénat BD)
Thèmes: Science-fiction
Format :240 x 320 mm
Pages : 48
EAN : 9782723490511
EAN numérique: 9782331049880


Cette chronique s’inscrit dans le challenge « Summer Star Wars The Mandalorian » organisé par le RSF BLOG !

Merci encore à lui de nous accueillir sur son Destroyer stellaire !

Un avis sur « Siberia 56 (2014 – 2016) »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueueurs aiment cette page :